Vous êtes écoeuré de ces attentats et de ces morts innocentes ?

attentat-faut-il-publier-la-photo-et-lidentite-des-terroristes

Vous êtes écoeuré de ces attentats et de ces morts innocentes ? Vous êtes malade en lisant les récits d’horreur et d’incompréhension, ou en voyant la couleur écarlate du trottoir sur les images diffusées en boucle au jt ?

Vous vous dites « y’en a marre » « ils sont malades » « ce sont des animaux ». « comment un humain peut en arriver à faire ça ? ».

Vous en avez marre de lire Daesh ceci, Daesh cela, Salafiste, extrémiste et autre jusqu’au boutiste ?

Alors vous postez des choses. Des cris. Des appels d’air. Vous voulez de la rétribution, de la compréhension. De la punition ou une pluie de bombes sur ceux qui sont responsable de ces carnages. Certain pensent qu’il suffit de serrer les dents et que ça passera. Au lit, ça marche plutôt bien, mais en vrai ? D’autre pensent que la tolérance et l’empathie permettra de combattre ces horreurs et ces morts innocentes.

Aucun à mes yeux, n’ont raison. Notre Histoire est composée d’une multitude de conflit. De haine, et de vengeance. De débordement et de crise, d’effondrement et de révolution. Tout autant que l’Histoire est aussi constituée d’art et de beauté, de création et d’inspiration. L’Histoire n’a jamais été composée d’un seul acte, ou d’une seule création.

De même la solution à ce conflit n’est pas le tapis de bombe, qui est déjà pratiqué avec les effets que l’on peut (ne pas ) voir. Ni des lois fratricides qui consistent à réussir à faire ce que Daesh n’a pas les moyen de faire : nous faire oublier que nous sommes tous Humain, avant d’être Français, Chrétien ou adepte de la levrette. Douter de son voisin, craindre le moindre le barbu ou la moindre tunique musulmane. Puis de la moindre couleur de peau trop sombre…

Si on regarde Daesh en face, ce que personne ne veut faire, on peut pourtant y voir sa véritable faiblesse.

Son désir de devenir un pays « réel ». Pas un fantasme religieux, mais un pays, avec une économie, une politique et des règles sociales, et des musulmans qui s’y réfugieraient telle une terre promise, pour fuir les pays devenu islamophobe (admettez que cette partie du plan fonctionne plutôt pas mal, en calculant l’accélération des attentats à un an des élections, Daesh aurait pu écrire les programmes des futurs candidats qu’il n’aurait pas fait mieux.)

Or sa plus grande faiblesse est devant nous, offerte à la vue de tous, mais si bien dissimulée sous un nuage de fumée qu’elle ne cesse d’alimenter avec ses attentats :

Tant que Daesh fait la guerre à quelqu’un, son califat n’a pas à subir les aléa d’une population qui se met à vivre par elle-même. Tant que quelqu’un lui fait la guerre, Daesh peut -aux yeux de ses ressortissants, et de ses “followers” internationaux sur le web – jouer le félin acculé, fier et impétueux qui fait face à l’Ennemi que nous représentons à ses yeux…Daesh peut exalter ses troupes, ses civils convaincus par chaque raid aérien… du moins tant que la situation de guerre perdure.

Ce « conflit » n’a qu’une solution durable : Laisser Daesh exister, et évoluer par elle même. Entre un pays que l’on peut observer et juger, et des milliers de fanatiques exilés aux quatre coins du monde sans autre patrie qu’un livre et d’autre chef que des videos Youtube, lequel des deux est contrôlable ? Lequel des deux, sur le long terme, a une chance même infime d’évoluer en quelque chose d’autre ?

Combien de temps avant que le besoin d’arrondir les angles de la charia ne se fasse sentir au sein même du pouvoir qui forcément, abusera de sa position… Les printemps arabes ne sont pas qu’une histoire du passé. C’est une marque indélébile dans l’histoire du moyen orient qui prouve qu’un peuple spolié, écrasé et dominé par un état corrompu ne reste pas éternellement servile.

Et dans cette action de laisser Daesh vivre, on l’oblige à faire face à son plus grand démon : sa propre intolérance. Ce califat Islamique aurait une chance de prospérer en l’état, si nous étions au Moyen-âge. Mais aujourd’hui ? Avec un simple accès internet, n’importe quel jeune peut se connecter au reste du monde et découvrir ce qu’on lui refuse. L’endoctrinement est facile quand on se fait passer pour une cause guerrière noble et juste, quand on utilise les trop nombreuses actions occidentales du passé pour justifier une colère vengeresse et le sacrifice ultime… Mais l’endoctrinement devient moins simple quand il n’y a plus d’ennemis visible…

Mais il s’agit d’un rêve. Dans la réalité, un futur candidat ou un président, pour le bien être des sondages va opter pour la solution qui « plaît » S’il ne le fait pas, il sera châtié dans les élections ou les votes de confiance. Ceux qui veulent du sang en auront. Partout. Sur leur mains, et dans leur coeur. Parce que c’est politiquement correct, et que les réflexion sur les conséquences d’une action au Moyen-Orient ne dépasse pas la date de l’élection suivante. Ne pas montrer les dents serait un suicide électoral. Alors nous allons entrer en guerre. Nous allons raser des villes, éparpiller les combattants ennemis, fêter une victoire d’ici quelques mois. Puis comme dans un mauvais film, le « méchant » n’est pas vraiment mort, car son existence même ne peut être simplement « annihilé » avec un bouton rouge. et il se reconstruira ailleurs.

Mais à ce moment, quand un nouvel attentat atteindra nos rues, nous ne pourront plus dire « comment un être humain peut faire ça ? » : nous aurons trop peur d’être capable d’y répondre, en regardant notre propre reflet dans le miroir.